PHENOMENES PARANORMAUX, INEXPLIQUES, INSOLITES...

PHENOMENES PARANORMAUX, INEXPLIQUES, INSOLITES...

LE VERITABLE VAUDOU


LE VERITABLE 


VAUDOUN



 


Les origines du Vaudou sont africaines. On le retrouve au sud et moyen Bénin, dans la région occidentale du Nigéria, au sud Togo, ainsi que dans une bonne partie du sud est du Ghana. 

Il regroupe des populations des diverses cultures Yoruba, et des peuples apparentés aux Adja, tels les Fons, les Guins et les Ouatchis ainsi que les Evhés togolais.

Il n'y a cependant pas un Vodun ou Vodou de base, bien caractérisé, qui serait commun à toutes ces peuplades. 

Chaque communauté d'initiés, chaque groupe d'adeptes, pratique une forme locale de Vodun en révérant des entités ou des forces transcendantes qui s'y manifestent de façon particulière.

Cette pratique cultuelle est née dès l'antiquité et le Vodou se pratiquait avant la naissance de la civilisation noire la plus ancienne, la toute première de l'humanité d'Egypte.

La naissance de l'idée de communauté sociale se fit sur cette base, rassembler et unifier l'humanité.

La thèse animiste réside en l'attribution d'une âme en toute chose de la création. 


L'âme n'est plus seulement humaine.

 C'est la forme de vie qui réside dans tout être, qu'il soit humain, animal ou végétal. 


 Originellement, cette religion avait donc de multiples aspects dont la variété a encore été accrue par les déportations massives d'esclaves noirs d'origines diverses et de cultures distinctes.

À partir du xviie siècle, les esclaves originaires de cette région d'Afrique répandirent le culte vaudou aux Caraïbes et en Amérique. On le retrouve donc sous différentes formes à Cuba, en Haïti, au Brésil ou encore aux États-Unis, en Louisiane surtout.


 Mais bien avant l'Amérique, le vaudou s'est répandu en Afrique du Nord par les esclaves amenés par les anciennes dynasties qui ont traversés l'histoire de cette région.

 Et on le retrouve jusqu'à nos jours sous différentes formes, dont la plus connue reste le Gnawa ou Gnaoua au Maroc et en Algérie, mélangé au folklore religieux arabo-musulman.




LA "RELIGION" VAUDOU



Après la levée d'une interdiction qui frappait la pratique du vaudou, ce culte ancestral a été proclamé religion officielle au Bénin au milieu des années 1990 et la Journée du vaudou est célébrée le 10 janvier, jour férié à l'instar du Noël chrétien et de l'Aïd musulman.



           LA DYNASTIE DES LOAS      

         


NANA BULUKU





La grand mère cosmique.

Elle donne naissance aux jumeaux Mawu et Lisa, réciproquement, dieux de la lune et du soleil. Déesse des cieux, elle se sert des serpents cosmiques Dan et Ayido wedo pour créer l'univers. 


 

MAWU-LISA ou ORISHAS



  


MAWU La Lune, incarne le principe féminin. Elle est la déesse de la Nuit, de la sagesse, et de la connaissance.

LISA Le Soleil, représente quant à lui le principe masculin. Il contrôle le déroulement des jours, et détient la force et le pouvoir qui soutient le monde.

Tous deux sont ainsi à l'origine du monde, ils sont les créateurs des Dieux et de l'humanité.

 Mawu et Lisa, dit aussi "le couple insurpassable et omnipotent", sont également vus comme les 2 facettes d'un seul et même Dieu.


Lisa est alternativement décrit comme le frère de Mawu, son mari ou son fils et des fois comme son messager. Leur relation n'est pas sexuelle, mais exprime l'unité de la dualité ou l'union des contraires. A eux-deux, ils symbolisent la divinité suprême.


Tous deux, selon une légende, vont s'unir durant 7 éclipses et donner naissance à 7 paires de jumeaux, à la fois mâles et femelles.




DAN ou DANGBE






 




Pour les Fon, Dan désigne le serpent, plus particulièrement le python, un animal sacré qu'on ne doit pas tuer. Le serpent est bon, parce que non venimeux. Il symbolise la continuité de la vie avec ses bonheurs et ses malheurs. Dan a assisté à la création et supporte l'univers. Son culte est surtout répandu à Ouidah (Bénin) et dans sa région, où l'on trouve de nombreuses maisons aux serpents. 





DAMBALLAH (apparement nom donné à Haiti pour Dan)








Damballa ou Damballah Wedo, est l'esprit vaudou de la connaissance symbolisé par la couleuvre ou le boa.

Il est l'époux d'Aida Wedo et le concubin d'Erzulie. Il apporte et communique les connaissances occultes et le savoir; il est un grand esprit de fertilité et de sagesse qui aidera également à éviter les mauvais pas et à prendre les bonnes directions.

Il représente le principe du bien, et vit près des rivières et des sources. Sa couleur est le blanc, et il demande des offrandes de cette couleur (œufs, farine). Les fidèles possédés par Damballa se mettent à siffler et à ramper comme des serpents.

Il est associé au saint Patrick chrétien qui chassa les serpents d'Irlande.




AIDA WEDO






Elle est la femme de Damballa ou Dan et représente la richesse, la chance et le bonheur. Comme son époux, elle vit près des rivières et a une préférence pour les arbres de toutes sortes comme le coton et la soie. Comme lui elle imite les mouvements du serpent. Son symbole et d'ailleurs le serpent arc-en-ciel. Elle correspond dans la religion catholique à Notre Dame de l'immaculée conception.


Damballa et Aida Wedo à eux deux symbolise la symbiose, les relations humaines. Ces sont des Loas protecteurs des couples.







ESU OU ESHU OU PAPA LEGBA 








 Il est obligatoirement le premier Ioa invoqué et honoré au début de tout service, parce que c'est lui qui détient les clés qui permettent de  communiquer avec le monde des esprits. 

Papa Legba est un loa du vaudou haïtien. Esu est celui des yorubas, peuples du Bénin.

Il correspond à Elegba à Cuba, et à Eshu au Brésil.

Il garde la frontière entre le monde des humains et le monde surnaturel. C'est pourquoi on le dit présent à l'entrée des temples aux barrières et aux carrefours. Il est ainsi rapproché du saint Pierre chrétien, à cause des clés du paradis que porte ce dernier, mais aussi de Lazare et de saint Antoine en tant que patron des objets perdus.

Il est aussi associé au Saint Enfant Jésus d'Atocha car il peut aussi être vénéré comme un enfant, joueur et plaisantin. Il est également nommé Lucero (L'étoile du matin) par les Paleros. Il ouvre et ferme les chemins. Il est le messager tout puissant des dieux. Ses couleurs sont le rouge et le noir.

Il est représenté comme un vieillard couvert d'un chapeau de paille, fumant la pipe et tenant une canne. Très coléreux, à minuit, il devient malfaisant. Sa manifestation nocturne dans le rite Petro est Kalfu.





ERZULIE FREDA









Erzulie Freda, c'est l'esprit de l'amour, de la beauté, de la dance et de la luxure.


 Elle est la sainte patronne des gays et lesbiennes. Elle porte en permanence trois bagues de mariage, une pour chacun de ses amants (Damballa, Agwe et Ogun). 


Son symbole est le coeur, ses couleurs sont le rose, le bleu, le blanc et l'or.


 Elle représente  à la fois  par la compassion et la jalousie. Comme pour la plupart des loa, elle aura son pendant dans la religion chrétienne, en tant que vierge Marie.





SAKPATA






Sakpata, vodoun maître de la Terre, nourrit les hommes du grain des récoltes mais, quand il se fâche et veut les punir, les leur colle sur la peau; « roi des perles », il est donc aussi maître de la variole. Son nom est redoutable et dangereux de prononcer. Aussi les habitants préfèrent l'appeler Ayinon, le propriétaire de la terre.

Divinité des « Mahis » (peuple des régions du Nord). Les sacrifices lui sont offerts en dehors des logis sur des tumulus surmontés d'un ou plusieurs pieds de cactus. 





HEBIOSSO ou SHANGO







Hèbiosso, qui règne sur le ciel, le tonnerre et les éclairs, foudroie les criminels; ses prêtresses agitent en dansant une double hache très caractéristique qui symbolise en fait un bélier cracheur de foudre. On l'appelle aussi Tchango, le premier dieux des yorubas. Il s'agirait d'un ancien roi d'Ifé divinisé.




OGUN ou GU ou Ogou feray











Dieu de la guerre et des forgerons. C'est lui qui donnera le savoir aux hommes, ainsi que les armes pour se battre. 

 Puissant et triomphateur, il peut être destructeur. 

Lors de son rituel de possession, le fidèle s'habille en rouge, il porte un sabre ou une machette, demande du rhum qu'il verse par terre, et du tabac qu'il mâche ou fume pour remplir le péristyle de fumée. Ces possessions peuvent être violentes. Les fidèles qu'il chevauche sont connus pour se laver les mains avec du rhum flambant sans ressentir de douleur, ou pour se piquer ou se jeter sur leur sabre sans se blesser.




MAMI WATA






Le nom de cette déesse pourrait être une adaptation de l'anglais mommy water mais des étymologies purement africaines sont aussi possibles, elle est aussi appelée Yemendja dans la tradition du vaudou Haitien, un culte spécial lui est même consacré. C'est la (déesse) mère des eaux, déesse crainte des pêcheurs, elle symbolise aussi bien la mer nourricière que l'océan destructeur.




AGWE ou AGOUET AROYO






C'est le patron des pêcheurs et de ceux qui voyagent en mer. Il règne sur les poissons et les plantes aquatiques.

Il est souvent représenté par un amiral ou un officier de marine mulâtre aux yeux verts comme la mer. Son épouse est la sirène (parfois confondue avec Mami Wata), et il a pour maîtresse Erzulie Freda.

Ses offrandes sont souvent placées sur un petit radeau laissé à la dérive. Son vévé à la forme d'un bateau.




LOCO




( iroko, l'abre vénéré au Bénin)



(Ouidah, iroko retraçant l'histoire de la ville)


Loco est le gardien des sanctuaires, mais surtout le loa de la végétation et c'est lui qui confère aux feuilles des arbres leur propriétés magiques. 

Loco est une personnification des plantes, et ne peut être identifié qu'à deux éléments. Lorsque celui-ci se manifeste, son serviteur fume la pipe et tient une canne à la main. Au Bénin on le vénère en tant que kolatier ou Iroko. Cet arbre produit la noix de Kola d'où l'on tire la caféine.




LES CEREMONIES



 LE F 







Le Fâ est le messager de Dieu, un art divinatoire, une science qui parle de trois temps à savoir le passé, le présent et le futur.


 " C'est une science qui nous conseille, une science qui illumine et nous donne la clarté. Quand vous êtes dans les ténèbres, l'obscurité, c'est le Fâ qui va vous orienter."


La géomancie ou l'art divinatoire du fâ par celui qui l'interprète le "bokonon" ou "babalawo", se divise en seize figures qui donnent lieux à 256 combinaisons.


le bokonon se sert d'un plateau orné de petites scènes sur lequel figure toujours une représentation d'Esu.

Il frappe le plateau d'une clochette ou d'un maillet puis manipule 16 noix de palme, ou coquillage ou cauris dans ses mains. 

Les noix de palme sont rassemblées dans une main, puis le devin tente de les faire passer d'une main à l'autre, et compte les Ikin restants.

 A ce moment du rite, le devin trace des marques simples ou doubles en versant de la sciure de bois sur son plateau divinatoire, jusqu'à ce qu'il ou elle ait créé l'un des 256  "odou" possibles.

 Il interprète alors les signes grâce au "Odou",

 fondement du système binaire.

LES PRINCIPES



Le temple ou foyer est appelé HOUNFOR.

Il existe actuellement 84 prêtres ou papa hougan, ou Hounongan au Bénin, représentants officiels du Vaudou originel, ainsi qu'un pape : le roi Towakon II.

Juste en dessous du prêtre se trouve son garde personnel, aussi appelé le Chango. Puis viennent les initiés ou les hounsis, et enfin les personnes extérieures venant demander protection, guérison ou exorcisme... 


Selon le culte vaudou, on ne peut s'adresser directement au créateur, il faut au préalable passer par ces esprits subalternes que sont les Lwas ou Loas. On leurs offre des services (sacrifices, offrandes), pour leur réclamer des faveurs. Pour leur faire appel, on se sert de " vévé", dessins pratiqués au sol à l'aide de poudre de manioc ou autre; chaque Loas possèdent le sien. En pratique le vévé est effacé durant chaque cérémonie par les pas des danseurs.




Les seize principaux Odus
Nom1234
OgbeIIII
OyẹkuIIIIIIII
IworiIIIIII
OdiIIIIII
ỌbaraIIIIIII
ỌkanranIIIIIII
IrosunIIIIII
IwọnrinIIIIII
OgundaIIIII
ỌsaIIIII
IrẹtẹIIIII
OturaIIIII
OturupọnIIIIIII
IkaIIIIIII
ỌsẹIIIIII
OfunIIIIII


Pour ceux qui lisent l'anglais et maîtrise un temps soit peu l'algèbre voici un site intéressant à consulter, concernant une théorie mathématique du système binaire vaudou.





04/04/2009 0 Poster un commentaire

Liens

Voir les articles de la catégorie VERITES CACHEES, DONS